Historique

Lointain cousin du “ grand golf ”, le mini-golf est un sport à part entière qui requiert des qualités du joueur d’échec, du coureur motocycliste et la volonté d’un coureur automobile. Au joueur d’échec, il lui enviera la concentration. Au coureur, motocycliste il empruntera la patience que celui-ci aura pour choisir ses pneumatiques en fonction de la configuration de la piste et de la température :il mettra le même soin à choisir ses boules. Quant à la reconnaissance des parcours et des pistes le joueur de mini-golf sera tout aussi opiniâtre que le “ rallyman ” préparant sa course. Cette discipline est née, aux Etats-Unis, entre 1920 et 1927.

 

Les golfeurs ont construit environ trente mille terrains, ectangulaires ou carrés, afin de pouvoir entraîner leurs « puttings ». Les pistes, généralement en béton, se chevauchaient afin de rendre le jeu plus attractif. Le jeu comprenait 12 trous. Il était pratiqué généralement avant de se lancer sur le green pendant environ une heure. Ces terrains étaient appelés “ o’clock golf ” (certainement en raison des 12 trous).

C’est en 1932 que l’on lit un des premiers écrits médiatiques dans le journal “ Mickey ”. Il y est expliqué que les tenanciers de terrains en sont souvent les propriétaires. C’est à ce moment-là que ce sport s’ouvre au public et devient un loisir familial. On vit pour la première fois une association de golf sur pistes se créer en Suède en 1937. Puis, en 1953, un architecte genevois, Monsieur Bongni, dessina des pistes en béton avec des obstacles bien définis. Afin de les tester il en construira deux au Tessin. Les pistes que cet homme a imaginées sont, aujourd’hui encore, l’un des standards du golf sur pistes dans l’Europe entière.

Ces terrains (type Bongni) se trouvent, en Suisse Romande par exemple, à Neuchâtel, La Chaux de Fonds et à Lausanne. Deux dimensions différentes sont nées avec les années : le 100 % et le 80 %. En 1958 Monsieur Pless, un architecte allemand, invente les pistes en Eternit. Beaucoup plus courtes (6 m 25 contre 12.50 m) ces pistes se distinguent par une différence essentielle : les balles roulent beaucoup plus sur Eternit que sur béton. Quant aux obstacles les propriétaires ont le choix entre une vingtaine de pistes qu’ils disposent comme bon leur semble. Alors que les pistes Bongni, les obstacles et l’ordre dans lequel ceux-ci sont installés sont standards. En grande ligne, on peut considérer que la partie suisse alémanique joue plus sur Eternit que la partie romande. En Allemagne et en Autriche se sont les joueurs d’Eternit qui sont le plus nombreux. Dès la fondation des premiers clubs en Suisse (en 1955) une divergence importante séparait les joueurs béton des partisans de l’Eternit. En 1978 les deux associations se sont rapprochées pour fonder l’Association Sportive Suisse de Golf sur Pistes (ASSGP). Et c’est seulement dès cette date que le mini-golf a obtenu l’apport de subventions de l’Association Suisse du Sport. Dès cette date le mini golf est devenu l’un des 190 sports officiels de la Confédération. Aujourd’hui cette discipline compte environ 800 licenciés en Suisse.

Loisir ou sport, venez passer un bon moment.